CV_Info

Photo : Hélène Cyr

Photo : Hélène Cyr

Bonjour

Vous trouverez sur cette page mon curriculum vitae
en format pdf, une liste de prix est disponible sur demande.

Au plaisir!

Me joindre

514 270.6435
r.chayer@hotmail.com

Document à téléchargé

Démarche

#solo
Pour explorer une avenue intimiste, j’ai créé un personnage à la façon d’un écrivain. Sorti du chaos  il est mis en scène dans la forêt. Cette forêt, plus qu’un décor, est un havre d’isolement, sans interférence, sans contact. Avec humour et ironie, nu, lavé de toute étiquette, cet homme se déplace en fourrageur. Ici et là, il pige dans son présent pour nourrir ses souvenirs. Son expérience le mène aux frontières de notre temps et de l’idée romantique d’une nouvelle vie.

L’homme œuvrant, nature remodelée
L’impact sur la nature de notre style de vie nord-américain est sans précédent. Nous bouleversons l’environnement à un point tel que les lieux physiques d’origine : forêts, rivières et îles n’existent plus. Nous les avons transformés à notre vision, ils sont notre œuvre dorénavant. Plusieurs sujets actuels touchant l’environnement sont abordés : l’air pollué, l’épandage d’engrais chimiques et de pesticides, la pêche excessive, la réduction de la banquise liée au réchauffement climatique, etc. Cette nature avant d’être transformée par les desseins de l’homme n’est plus une vision partagée par les générations qui se suivent, mais une vision fragmentée dont plusieurs parties ne sont plus qu’un souvenir. Comme pour un casse-tête aux pièces manquantes, je parcours les nouvelles archives (Google earth, Google street view) pour faire ressortir les parties de paysages disparues dans ce processus de domination de la nature.

Par exemple, l’œuvre Petit ours, est un traiteau formé d’une barre en diagonal recouverte en partie d’une fourrure synthétique blanche laissant parraître une section peinte de couleur fluo. Ce dispositif utilisé par les voiries comme mise en garde est doublé d’une préoccupation : la réduction de la banquise et la survie de l’ours polaire.

Hommage à la morue, est une reproduction d’un séchoir en perche de bois. Des toiles suspendues font office de poissons. Un rappel de l’exploitation d’une ressource jusqu’à la limite de l’irréversible. 

Les îlots de forêt, est une série de toiles qui représentent le demi kilomètre de forêt laissé autour d’un lac ou longeant une rivière après une coupe à blanc. J’ai fait appel au collage et à l’insertion de fourrures synthétiques pour élaborer ces œuvres qui ont toutes comme source documentaire des situations réelles glanées sur Google Earth

Hétéroclite au premier abord par la diversité des techniques et des matériaux utilisés, chaque pièce, en ayant sa poésie propre, contribue à l’équilibre entre message et esthétique.